Regard d'amour sur la société - Fraternité Blanche Universelle
Fraternité Blanche Universelle, FBU, Omraam Mikhaël Aïvanhov, enseignement spirituel, spirituality, teaching, Universal White Brotherwood
16182
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16182,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

Regard d’amour sur la société

Pour s’épanouir, chaque être a besoin dès sa naissance d’un amour inconditionnel : les mères le savent bien. De même chaque classe ou catégorie sociale a besoin d’être écoutée, reconnue, respectée. Si on veut qu’une société soit saine et harmonieuse, il faudrait poser sur elle un profond regard d’amour !

Bien sûr, une juste estimation et rétribution du travail accompli est nécessaire : car la justice apporte la paix. Mais au-delà, il est vital pour une société d’y voir clair sur les vraies valeurs spirituelles : comprendre que l’être humain est certes un corps physique, mais aussi un psychisme délicat lié à tous les aspects de la nature, et par-dessus tout, un esprit qui a faim et soif d’infini et d’éternité.

Regards
…Et même si vous vous trouvez devant un inconnu, où que ce soit, vous pouvez sans rien lui dire essayer de le lier à la source de la lumière  : souhaitez-lui de comprendre la nouvelle vie, souhaitez-lui de trouver la paix qu’il n’a encore jamais goûtée. Son âme recevra tous vos bons souhaits, et si jamais il ne peut pas les capter, eh bien, vos bonnes pensées retourneront vers vous, car tout ce qui n’atteint pas son but revient vers celui qui l’a envoyé.
Ainsi, toute la journée vous avez des occupations sensées, et l’un après l’autre chaque jour viendra embellir votre existence. Sinon, c’est toute la vie qui s’en va inutilement. Pour un spiritualiste il y a du travail, il y a des activités qui donnent à la vie un sens indescriptible.
Izvor n° 214 , chapitre VI
Il vous est sans doute arrivé de rencontrer dans la rue un passant, une passante dont le visage a attiré votre regard, et vous lui avez spontanément envoyé une pensée, un rayon d’amour. Cette personne ne s’est même pas rendu compte que vous l’avez regardée, mais elle a reçu ce que vous lui avez donné de bon à travers vos yeux et elle en a ressenti les effets.
Et vous, lorsque vous ressentez subitement une joie, c’est peut-être qu’une entité du monde invisible, en passant, vous a regardé en projetant son amour sur vous, et votre cœur a été touché.
sourcePartout, où que nous soyons, nous nous trouvons au milieu d’une foule d’êtres visibles et invisibles, et nous recevons tantôt de bonnes choses, tantôt de mauvaises, ce qui explique nos différents états.
Le soleil aussi nous regarde chaque jour, il nous envoie des ondes vivifiantes. Et parce qu’il est une image de Dieu, notre soleil spirituel, nous devons devenir conscients qu’à travers lui, c’est le monde divin qui nous regarde.
Pensées Quotidiennes 2016, 15 mars
Ce que la nature nous révèle
Allez auprès d’un ruisseau, d’une source qui jaillit, et pensez que c’est là l’image de la véritable source de la vie qui doit jaillir et couler en vous…
Allez auprès du soleil, contemplez-le, ouvrez-vous à lui afin qu’il éveille en vous le soleil spirituel, sa chaleur, sa lumière…
Allez auprès des fleurs pour leur demander le secret de leur parfum, et écoutez-les, afin d’apprendre à extraire vous aussi les quintessences les plus parfumées de votre coeur et de votre âme… Tout parle, mais les humains ne savent pas écouter, ils ne savent écouter ni le soleil, ni les arbres, ni les rochers, ni les lacs, ni les montagnes, ni les oiseaux, ni même leur propre voix intérieure qui leur parle sans arrêt. Mais s’il y a des médisances ou des calomnies à écouter, tout de suite ils ouvrent grand leurs oreilles. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi ils sont tellement stupides : il y a tant de belles choses à écouter, à regarder, à comprendre, pourquoi s’arrêter toujours sur ce qui est inutile et mesquin ?
Regardez cette rose : elle est toute petite, mais elle est grande en moi parce qu’elle me révèle beaucoup de choses, c’est pourquoi je l’aime. Elle est heureuse, elle me sourit, et moi aussi je la regarde avec amour pour qu’elle entre moi et éveille d’autres roses dans mon coeur et dans mon âme. Pourquoi n’essayez- vous pas vous aussi ?
Izvor n° 226, chap. IX “Les fleurs, les parfums…”
source… Parce que quelqu’un a été blessé, il ne veut plus aimer, et alors c’est fini, il est déjà mort. Et qu’est-ce qu’il a gagné, le mort ? C’est formidable comment les humains raisonnent ! Et c’est auprès d’eux que je devrais aller m’instruire ? Mais qu’est-ce que j’apprendrai ? J’irai plutôt auprès d’une source, je resterai des heures entières à l’écouter, à la regarder, à la toucher, à lui parler, et ensuite je penserai à cette autre source, le soleil, et à toutes les sources dans l’univers, jusqu’à cette Source, la seule vraie source qui est Dieu Lui-même, et je tâcherai de me lier à elle pour comprendre enfin l’essentiel. Vous direz : ” Mais que peut -on comprendre auprès d’une source ? “… Tout.
Il y a des années, j’ai lu ” Siddharta “, de Hermann Hesse. Vous connaissez certainement ce livre ; c’est l’histoire d’un jeune brahmane, Siddharta, qui après avoir vécu des années auprès d’un Maître dans la prière, l’étude, la méditation, s’est plongé dans la débauche et les plaisirs. Mais un jour, désespéré et dégoûté de lui-même, il arrive au bord d’un fleuve. Et c’est en vivant auprès de ce fleuve, en l’écoutant, en le regardant, que peu à peu il comprend tout ce qu’il avait cherché à découvrir durant son existence errante, tous les mystères de la vie et de la mort. Oui, c’était le fleuve qui l’instruisait.
Il y a des êtres qui s’instruisent auprès des sources, des rochers, des lacs, des arbres, des montagnes, en contemplant les étoiles, en écoutant le vent. C’est dans la nature qu’ils apprennent la sagesse primordiale de l’Intelligence cosmique. J’aimerais pouvoir m’arrêter sur ce sujet tellement riche pour vous dire par exemple comment les Druides, qui comptaient parmi eux de grands initiés, vivaient dans une telle harmonie avec les forces de la nature qu’à travers l’âme collective des arbres, des pierres, des oiseaux, des animaux, ils avaient des révélations sur leur nature, leurs propriétés, leurs vertus.
Vous devez comprendre le côté magique de cette image de la source, afin de baser toute votre vie sur cette unique source qui est Dieu et dont le plus parfait représentant sur la terre est le soleil. Toute votre vie vous devez travailler sur cette image, imiter cette source, le soleil, afin d’abreuver toutes les créatures, afin de les chauffer, de les vivifier, de les ressusciter. Vous direz : ” Mais c’est impossible, irréalisable… C’est stupide même ! ” Si vous pensez ainsi, c’est que vous n’avez rien compris. L’important, ce n’est pas que votre idéal soit réalisable ; l’important, c’est qu’en faisant ce travail intérieur vous produisiez en vous des phénomènes inouïs. Le soleil est immensément grand, on ne peut pas devenir aussi grand et puissant que lui ; mais, dans son domaine, l’homme aussi peut devenir un soleil. Au lieu de toujours prendre et d’être comme un trou, comme un gouffre, comme un marécage, et de tout faire mourir, il peut donner, il peut purifier, vivifier. En réalité, cet idéal est réalisable, seulement il faut au moins vouloir étudier, expérimenter et vérifier qu’il est réalisable.
Oeuvres Complètes, tome VII