Activités - Création artistique - Fraternité Blanche Universelle
Fraternité Blanche Universelle, FBU, Omraam Mikhaël Aïvanhov, enseignement spirituel, spirituality, teaching, Universal White Brotherwood
16369
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16369,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

La création artistique

À ceux qui veulent être des artistes, le Maître propose un idéal très élevé, selon une tradition qui semble perdue de nos jours, mais qui était connue, respectée, appliquée par les plus grands créateurs du passé.

Avant tout, faire de soi-même un chef d’œuvre !
L’artiste par excellence est celui qui a pris comme matière à sculpter sa propre chair, comme toile à peindre son visage et son corps, comme terre à modeler sa pensée et ses sentiments. Il veut que la beauté et l’harmonie de la création passent à travers lui. Cet artiste crée l’art de la nouvelle culture qui vient.
… Dans l’avenir on ne jugera plus un artiste d’après ses écrits, ses peintures ou ses sculptures, on voudra connaître l’auteur lui-même pour admirer la poésie, la musique qui émaneront de lui et de toute son existence.
Chacun voudra vivre une vie poétique, exprimer la musique à travers ses gestes, ses pensées, ses sentiments, chacun voudra dessiner son propre visage et travaillera à se sculpter d’après l’image de Dieu.
Bien sûr, pour créer de cette façon il faut beaucoup de temps, d’efforts, de travail, mais on ne doit pas s’arrêter à cette question du temps… Car le travail qu’on fait sur soi-même demeure pour l’éternité.
Izvor n ° 223, chap. XI « Le chef d’œuvre vivant »
 
L'inspiration
D’après la science ésotérique, l’inspiration n’est autre qu’un contact, une communication avec une force, une intelligence, une entité qui vient des régions supérieures et qui se sert de nous pour exécuter ce que nous-même ne serions pas capable de faire.
Par exemple un poète veut écrire, mais sa page reste blanche, il se sent stérile, il n’a aucune inspiration. Et voilà que d’un seul coup quelque chose entre en lui, une lumière, un courant, et il s’y abandonne : il n’a même plus à chercher ses mots, c’est comme si on les lui dictait et il est lui-même étonné de ce qu’il écrit. D’où cela vient-il ? Qui est celui qui sait où trouver des matériaux, assembler des éléments et les combiner pour créer des formes d’une telle expressivité ?
Qu’est-ce que l’inspiration ? C’est une entité qui entre dans un être pour prendre possession de lui et se manifester à travers lui.
 Izvor n °223, chap. II 
Au moment de créer…
…C’est d’après ces méthodes de méditation, contemplation, identification que travaillaient les grands génies du passé : les peintres, les sculpteurs, les musiciens, les poètes, et c’est pourquoi ils ont donné des chefs d’œuvre à l’humanité. Avant de se mettre au travail ils se recueillaient, méditaient et demandaient la bénédiction du Ciel, car seul le Ciel peut apporter cette lumière qui éclaire l’imagination. Ils recevaient ainsi la révélation de la vraie beauté, la possibilité de l’exprimer et de la transmettre.
Si, lorsqu’il est inspiré, l’homme peut créer des chefs-d’œuvre, c’est parce que tout se met à travailler en lui d’après cette lumière spirituelle qu’il a reçue. Rien d’immortel ne peut être produit en dehors de l’esprit. Regardez dans l’Antiquité combien de poèmes commençaient par une invocation aux dieux ou aux muses. C’était une façon de montrer qu’avant de créer, l’artiste doit s’adresser à des êtres supérieurs pour leur demander de participer à son travail… Par lui-même, l’être humain n’est pas tellement capable de produire des créations géniales, surhumaines, divines, mais il peut être visité par des entités très évoluées qui l’inspirent.
Izvor n °223, chap. II : « Les sources divine de l’inspiration »
Faire du bien au public
Quand ceux qui ont pour mission de guider le peuple ne cherchent qu’à lui plaire, c’est la fin d’une civilisation.
… Il manque aux artistes la conscience du rôle qu’ils peuvent jouer pour transformer l’humanité. Ils ne savent pas tirer parti des puissances que le Ciel a placées en eux pour éveiller les âmes. Ils gaspillent ces puissances. Ils jouent, ils chantent ou ils peignent, mais ce n’est pas pour faire évoluer les êtres, c’est pour les distraire, pour flatter leurs désirs, leurs caprices, ou pour obtenir l’argent, la gloire.
En réalité, si vous êtes un artiste, vous devez entreprendre une œuvre que personne d’autre ne puisse faire, une œuvre si belle, si édifiante, qu’elle projette les cœurs et les âmes vers le Seigneur et qu’en la voyant tous sentent s’éveiller en eux un élan vers la perfection. Voilà comment les initiés comprennent la mission de l’art : amener les humains vers le Ciel, et non vers l’enfer, la cacophonie, le désordre.
Izvor n° 223, Postface