Le Maître Omraam - Fraternité Blanche Universelle
Fraternité Blanche Universelle, FBU, Omraam Mikhaël Aïvanhov, enseignement spirituel, spirituality, teaching, Universal White Brotherwood
16070
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16070,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

Le Maître Omraam : 1960-1986

Pendant un quart de siècle, il continue à vivre chaque jour une vie consacrée au Ciel et à ses « frères et soeurs », voyageant et partageant sa présence entre les groupes fraternels dont il a inspiré la création, en France, en Suisse, au Canada, et bientôt dans d’autres pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique…

Le centre de Vidélinata en Suisse

Le centre de Blagoslovénié au Canada

Il donne tous les jours des conférences. Il veille sur ses disciples, cherchant leur émancipation progressive. Il reçoit aussi en rendez-vous particulier de nombreuses personnes, parfois des célébrités, qui lui demandent conseil. Attentif à chaque être en particulier, il consacre son temps gratuitement pour les aider à résoudre leurs problèmes personnels ou relationnels.

 

Presque quotidiennement depuis 1938, il a donné en français ce qu’il appelle des «petites causeries » improvisées, toujours gratuites. Ces conférences, vivantes et spontanées, ont été prises en sténo par Sœur Stella pendant les premières décennies, puis à partir des années 1960 enregistrées sur bandes audio, et plus tard à partir de 1979 enregistrées en vidéo. Estimées à cinq mille environ, elles sont toujours en cours de publication aux Éditions Prosveta.

Volontairement simples et accessibles à tous, ses conférences éclairent d’une sagesse profonde les grandes lois morales universelles, elles relient à leur source commune les diverses traditions sacrées de l’humanité.

Certaines années un thème a été privilégié, comme prendre et donnerla double nature de l’être humainle soleil symbole du divin« Connais-toi toi-même »la sublimation de l’amourla nutrition, etc…

 

Entre 1965 et 1985, Omraam Mikhaël Aïvanhov, invité dans tous les pays où se forment des associations Fraternité blanche universelle, voyage à maintes reprises. Il rencontre de nombreuses personnes, perfectionne son anglais et donne plusieurs séries de conférences dans cette langue.
Lui-même n’a jamais écrit de livres : il a laissé à des disciples le soin de transcrire son enseignement. Plusieurs collections de ses œuvres ont ainsi été éditées sur papier, ainsi que sur des supports audio-visuels, bandes magnétiques, cassettes, CD, DVD, e-books…

 

Depuis que le Maître Omraam a quitté cette terre le 25 décembre 1986, c’est l’association Fraternité blanche universelle française qui détient le droit moral sur l’ensemble de son œuvre, par testament en date du 21 septembre 1986 à Fréjus.

 

Soixante-dix ans après sa création officielle en France, la Fraternité blanche universelle est présente dans près d’une trentaine de pays.

 

Son enseignement a une envergure universelle, et les méthodes qu’il donne répondent de plus en plus au changement des mentalités et aux problèmes posés par la vie quotidienne. Sa préoccupation constante a toujours été, comme il le disait lui-même, d’être utile à ses contemporains, de les aider à trouver en eux-mêmes les forces qui y ont été déposées par le Créateur, et de participer à la réalisation d’une famille planétaire profondément fraternelle, d’un âge d’or pour l’humanité.

 

Un Maître spirituel est un instructeur qui donne des clés pour comprendre le sens de l’existence et faire face aux situations de la vie qui se présentent. Son unique préoccupation est d’aider, d’éclairer ses disciples afin qu’ils puissent surmonter leurs difficultés, se développer et vivre une vie qui soit belle et pleine de sens.

Il est un exemple vivant. Ses actes sont en accord avec ses paroles. Il n’y a pas de contradiction entre ce qu’il enseigne et ce qu’il fait. C’est un être empreint de sagesse et d’amour.

De nombreux livres, témoignages et récits, existent sur la vie d’Omraam Mikhaël Aïvanhov. Ils permettront aux lecteurs de découvrir qui il est et d’en apprendre davantage sur lui et son enseignement.

Donner naissance
Pour un disciple, rencontrer son Maître, c’est trouver une mère qui accepte de le porter neuf mois dans son sein pour le faire naître au monde spirituel.
Et une fois qu’il est né, c’est-à-dire éveillé, ses yeux découvrent la beauté de la création, ses oreilles entendent la parole divine, sa bouche goûte les nourritures célestes, ses pieds le portent dans différents lieux de l’espace pour faire le bien, et ses mains apprennent à créer dans le monde subtil de l’âme.
Collection Izvor n° 207 (1982), chap. I
Les expériences vécues par les maîtres spirituels
On ne devient pas un saint ou un prophète en une seule vie. Il faut être venu s’incarner de nombreuses fois sur la terre et avoir travaillé, travaillé… car sur la terre, c’est souvent des fautes, des erreurs, des chutes. Comment un Maître spirituel pourrait-il aider maintenant les humains et les instruire si, dans d’autres incarnations, il n’avait pas dû faire les mêmes expériences, surmonter les mêmes obstacles ? Quel mérite aurait-il s’il n’avait pas commis les mêmes erreurs et traversé les mêmes épreuves avant de devenir enfin ce qu’il est devenu ? Jamais il n’oserait se présenter devant les autres pour leur demander de faire des efforts que lui-même n’aurait pas déjà faits. Si nous pouvons suivre les conseils des Initiés et des grands Maîtres, c’est parce qu’ils connaissent le chemin, ils savent de quelles embûches il est semé, et ils savent aussi comment en triompher.
Pensées Quotidiennes 2004, 29 septembre
Vrais maîtres et faux maîtres
Après avoir lu quelques livres d’ésotérisme, il y a des personnes qui se croient capables de jouer le rôle de Maître spirituel. Et les autres, qui sont naïfs, au lieu de les étudier un peu pour voir vraiment comment elles se conduisent, vont les suivre les yeux fermés ! Ils ne se demandent pas d’où vient cette personne, comment elle a vécu jusque-là, qui était son Maître, qui l’a envoyée… Ah non, non, inutile de se poser la question : il suffit que quelqu’un leur joue un peu la comédie et leur raconte qu’en trois jours ils seront initiés – moyennant une somme importante, bien sûr – ils le croient. Ils sont pressés, vous comprenez, l’Initiation ne doit pas durer plus de trois jours, et c’est pourquoi le premier charlatan ou escroc qui veut profiter de leur crédulité est le bienvenu : il leur donnera l’Initiation ! Eh bien, puisqu’ils fermaient les yeux, puisqu’ils tenaient tellement à être trompés, qu’ensuite ils ne se plaignent pas.
Pensées Quotidiennes 2002, 7 août
Un vrai Maître montre le chemin vers Dieu
À un Maître spirituel, vous ne pouvez demander qu’il ait tous les savoirs et tous les pouvoirs. Vous n’avez le droit de lui demander qu’une chose : qu’il soit pour vous un lien avec le Ciel, qu’il vous montre le chemin vers Dieu, qu’il vous guide sur la voie de la lumière. D’ailleurs, un vrai Maître spirituel ne vous gardera pas pour lui, il vous amènera vers Dieu. Et si vous insistez pour rester auprès de lui, il vous dira :  – Non, non, ne comptez pas tellement sur moi, je ne peux pas tout vous donner, seul le Seigneur peut vous combler. Moi, je peux uniquement vous aider à trouver le chemin. Je suis, si vous voulez, comme une cabine téléphonique qui vous permet de communiquer avec le monde divin, avec les hiérarchies célestes, c’est tout.
Voilà ce que dira un vrai Maître. Maintenant, bien sûr, si ce n’est pas un vrai Maître, il vous racontera toutes sortes d’autres choses, et c’est donc à vous d’avoir du discernement.
Pensées Quotidiennes 2004, 14 octobre
Quelle récompense pour le sage ?
Quoi qu’il arrive, n’oubliez jamais que les êtres humains sont vos frères et vos sœurs, cherchez comment les aider et leur manifester votre amour sans rien attendre en retour. Parce qu’en réalité vous avez déjà la récompense : cette dilatation intérieure, cette chaleur qui vous comblent lorsque vous aimez. C’est là une grande récompense, il n’en existe pas de plus grande dans la vie. Votre cœur est alors comme une rivière, une source d’eau vive.
Les humains attendent toujours d’être récompensés pour le bien qu’ils ont fait. Mais celui qui a compris le secret de l’amour n’attend pas, il ne pense même pas qu’on puisse lui donner quelque chose en retour, car il goûte déjà un bonheur qui dépasse l’imagination. Comme il ne lui manque rien, il n’attend rien : il nage dans la joie, il rayonne, et ainsi il gagne la confiance de quantités d’amis. Où trouverez-vous une plus grande récompense que celle-là ?
O.C., tome XX, Voda L’eau (2008), 23 février
Maître de soi
Qu’est-ce qu’un Maître spirituel ? C’est un être qui est parvenu à contrôler, à dominer ses pensées, ses sentiments et ses actes… Tout est là. Dominer ses pensées, ses sentiments et ses actes, cela sous-entend des méthodes, une discipline spéciale, un savoir profond concernant la structure de l’être humain, les forces qui circulent en lui, les correspondances qui existent entre tout son être (ses organes, ses différents corps) et les différents domaines de la nature. Être maître de soi suppose aussi que l’on connaît les entités du monde invisible et la structure de l’univers entier…
Un Maître est un être qui a résolu les problèmes essentiels de la vie, il est libre, il possède une volonté forte, mais par-dessus tout il est rempli d’amour, de bonté, de douceur et de lumière. Pour devenir un Maître, que de travaux, d’études et de persévérance sont nécessaires !
… Les véritables Maîtres sont puissants parce qu’ils ont réussi à accorder leur philosophie et leur conduite. Ce qu’ils enseignent, ils sont les premiers à le mettre en pratique dans leur vie personnelle. Ils sont des exemples vivants. Et être un exemple vivant, c’est être une source, comme je vous l’ai déjà dit, une source qui attirera les plantes, les animaux et les hommes.
Œuvres Complètes, tome I (1974), chap. 7
Une qualité essentielle
… Cette science et cette domination de soi qu’il a acquises ne doivent servir qu’à manifester toutes les qualités et les vertus de l’amour désintéressé.
Ainsi, ce qui caractérise un véritable Maître, ce n’est pas sa science, sa clairvoyance ou ses pouvoirs, mais son désintéressement. Il peut avoir la science, la clairvoyance, les pouvoirs, mais s’il n’est pas désintéressé, même si les humains le reconnaissent comme un Maître, le Ciel ne le reconnaît pas.
O. C., tome XXIII (1978), chap. V
Le regard positif d'un Maître
Souvent, devant ce que je vous dis, je sens que quelque chose en vous se révolte, vous pensez : « Il ne nous parle que de l’âme et de l’esprit, du haut idéal, de la vie divine… mais il ne voit pas dans quelles conditions difficiles nous vivons ? »  Si, je le vois, je ne vois même que ça partout. Mais je vois aussi d’autres choses : je vois toutes les bonnes conditions qui sont là et que vous ne voyez pas, parce que vous vous laissez obnubiler par vos difficultés.
Et ce que je vois surtout, ce sont les bonnes conditions que vous avez en vous, des trésors, des richesses formidables, tandis que vous ne voyez que la situation extérieure, les inconvénients de la vie quotidienne. Quand vous me comprendrez, vous vous sentirez plus fort, plus riche. Eh oui, vous avez toujours besoin de quelqu’un qui vous encourage, qui vous ouvre les yeux. Vous ne voyez que vos faiblesses, votre pauvreté, alors qu’il y a tellement d’autres choses à voir, et je suis là pour vous les montrer.
Pensées Quotidiennes 2001, 12 mars
Une école de liberté
La véritable liberté de l’être humain est dans le pouvoir que Dieu lui a donné de tout trouver en lui-même. Voilà ce dont un Maître spirituel veut convaincre ses disciples.
Alors, combien ils se trompent, tous ceux qui se représentent un Maître comme un despote uniquement préoccupé d’imposer son pouvoir et ses convictions aux autres ! Il n’a en réalité aucun désir de leur imposer quoi que ce soit. Ou plutôt, s’il a une conviction à leur imposer, c’est que leur salut est en eux, exclusivement. Et il leur indique les méthodes, les expériences à faire, et il leur donne l’exemple. Une fois instruits et éclairés, c’est à eux de se mettre au travail. Une fois que le chemin s’ouvre à eux, qu’ils ont les méthodes et l’exemple de leur Maître, ils ne doivent plus compter que sur eux-mêmes.
Pensées Quotidiennes 2016, 21 juillet

Pour retrouver la page sur le Maître