Sciences et Livre de la nature vivante - Fraternité Blanche Universelle
Fraternité Blanche Universelle, FBU, Omraam Mikhaël Aïvanhov, enseignement spirituel, spirituality, teaching, Universal White Brotherwood
17286
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-17286,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive
 

Sciences et Livre de la nature vivante

Les scientifiques ont noté que dans le monde matériel,
les innombrables faits dépendent d’un nombre restreint de lois physiques,
qu’ils tâchent d’expliciter par leurs recherches.
Mais au-delà, ils pensent que les lois répondent à quelques principes, bien moins nombreux encore.

Une fois les principes et les lois identifiés, les scientifiques utilisent parfois l’analogie
pour mieux appréhender leurs implications et élaborent ainsi des protocoles d’expériences
permettant de confirmer ou d’infirmer une hypothèse.

Clic pour lire l'extrait sur l'analogie comme méthode de recherche

Le laser

L’analogie comme méthode de recherche

Dans le domaine de la spiritualité, le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov a proposé à travers son enseignement des analogies avec des lois du plan physique, pour donner une meilleure compréhension des lois et des principes qui régissent notre vie intérieure. Il considère que la vie intérieure et la vie matérielle sont régies par les mêmes lois et principes transposables d’un monde à l’autre.

 

Il disait dans une conférence du 2 mai 1943 que, grâce aux différentes branches de la science, d’innombrables phénomènes ont certes été inventoriés dans le plan physique : dans le corps humain par la biologie, la physiologie, la biochimie… ; dans la nature par la géologie, la météorologie, la biologie, la physique, la chimie, etc. Mais tous ces faits restent dispersés tant qu’on ne les relie pas entre eux « grâce à un centre : l’esprit humain ». O. M. Aïvanhov invite à placer comme fin de toutes les sciences objectives, l’humain : en premier lieu dans sa nature spirituelle, puis dans sa dimension psychique, et enfin dans sa dimension physique, décrite et analysée par les sciences objectives. « On a étudié les phénomènes physiques sans voir leurs correspondances, on n’a pas su comment puiser, dans les connaissances acquises, des leçons concernant la vie psychique. » Et, ajoute-t-il, « toutes les maladies viennent de là ». Au contraire, en établissant des rapports, des analogies entre le physique et le psychique, on arrivera à « de bonnes conclusions » et on pourra en tirer parti pour l’harmonie et la santé de tous.